Bruno Barde | Edito
Accueil  |   Actualités  |   Bruno barde | edito

Bruno Barde | Edito

Le cinéma est un langage et les films le dialogue du monde ; ainsi se dessine une grammaire poétique qui s’enrichit et évoluent des talents nouveaux. Murnau, Welles, Hitchcock, Ford, Hawks mais aussi Ozu, Mizoguchi, Fellini, Ida Lupino, Manckiewicz, Dreyer, Bresson, Kubrick, chacun en leur temps et plus récemment Jane Campion, Paul Thomas Anderson, ou Bong Joon-ho : tous ont enrichi leur langue, faisant de cette prose une gnose cinéphilique enviée... La vacuité d’un plan n’est pas l’ennui mais l’espoir de l’inattendu, sa durée la respiration, et sa composition la vision du cinéaste. Alors s’exprime la plénitude du projet cinématographique. Quand la médiocrité du filmage produit l’acédie, la vaillance fait naître la jubilation et inscrit l’art dans une philologie du désir. Oui le cinéma est un art et il doit l’être, ni vrai ni faux, vide quand il imite et habité quand il crée. Il manifeste la capacité humaine à discerner l’indicible et à voir l’invisible, regardant ainsi le monde et l’homme, liés par la compréhension mutuelle d’un destin commun. Même la boue de Rodin prend forme de la lumière ! Le palmarès des 25 éditions de la compétition et leurs présidents, véritables orpailleurs, en témoignent. Je veux ici les remercier pour l’acribie de leurs choix et à leur exemple demeurer sentinelle d’insolite. Pour ce double anniversaire, nous avons souhaité exalter la richesse des figures qui embellissent nos imaginaires ; d’abord en confiant la présidence à Catherine Deneuve, qui toujours a su mêler l’audace à la curiosité et l’intuition à l’intelligence, faisant du discernement un blason personnel. La compétition qui fédère les enjeux artistiques affirmera le cinéma sous l’aura protectrice de ses « présidents parrains », en espérant une sélection à l’aune de ses ancêtres. Anna Mouglalis, actrice à la fine pointe de l’esprit, présidera le jury Révélation pour affirmer l’avenir d’un réalisateur. Les personnalités honorées seront la mémoire de cette édition. Enfin, tous les talents présents à Deauville, esquisseront des vagues d’éternité qui chasseront le vague à l’âme de l’Amérique d’aujourd’hui. Voici venu le temps de floraison d’un fusain féminin qui dessine l’avenir d’une manne filmique.